FCEA

Toutes les dernières informations de l'association

Lettre de nouvelle Françoise Pedeau 3/18
  • Auteur : Maija
  • Mise en ligne : 31/12/2018

Françoise Pédeau — francoise.pedeau@gmail.com — 07 69 88 62 82


Recevez mes meilleurs vœux pour 2019.
Dernièrement j’ai entendu un message portant sur la fidélité de Dieu. « Toi, Éternel, tu ne me refuseras pas tes compassions. Ta bonté et ta fidélité me garderont toujours » (Psaumes 40/12). Je repassais alors dans ma tête, les événements vécus en 2018 et cela m’a fait du bien de réaliser de nouveau, combien Dieu est fidèlement présent dans tout ce que nous vivons.

Fidélité et bonté de Dieu au début de l’année 2018.

Dans ma dernière lettre de nouvelles, je mentionnais qu’entre janvier et avril 2018, de nombreux amis d’horizons divers, étaient venus à Fada N’Gourma, dans le but d’aider au Centre Espoir. C’était incroyable d’avoir eu autant de visites dans un temps si court. Je ne réalisais pas à ce moment là que le temps était compté et que tous ces voyages deviendraient impossibles à réaliser. On était déjà dans l’urgence. En effet, personne n’aurait imaginé que pour des raisons de sécurité (gros risques d’attaques terroristes et d’enlèvements), tout allait changer en quelques semaines et que tous les missionnaires basés à l’est du Burkina devraient quitter leurs stations respectives fin avril 2018 et rester sur Ouagadougou. Dieu avait tout planifié. Tous ces amis ont eu le temps de faire des installations importantes ou de donner des enseignements précieux avant que cela ne soit plus possible de le faire. Cela a été un grand bénéfice pour la petite équipe burkinabée du « Centre Espoir », restée seule sur le terrain. Prions pour le Burkina Faso, pour la protection de la population burkinabée. Il y a des endroits où les animateurs ne peuvent plus se rendre auprès des enfants handicapés. Certaines routes sont trop dangereuses. Pourtant, beaucoup de ces petits meurtris dans leurs corps, ont besoin d’être pris en charge et d’être suivis très régulièrement.


Fidélité et bonté de Dieu depuis mon retour en France.



Malgré les 6000 km qui me séparent du centre Espoir, je peux poursuivre mon travail. Je suis si reconnaissante de pouvoir continuer à être proche de mes petits amis handicapés. Une grande partie de mon temps est consacré au télétravail ! Plusieurs jours par semaine, je suis en contact avec mes collègues du Centre Espoir par Skype ou par Whatsapp. Mon rôle est d’encourager l’équipe, de la conseiller. Je supervise aussi la comptabilité et je m’occupe de tout le coté communication. Kanfiéni assure la direction du Centre et maintient une bonne vision du travail. La rentrée scolaire, un point fort du 3e trimestre, a été rondement menée et de nouveaux enfants en situation de handicap ont pu être scolarisés. Je continue à travailler par Skype avec quelques-uns de mes lycéens aveugles.



Fidélité et bonté de Dieu lors de mes tournées
(France, Italie, Belgique/Luxembourg). Les voyages (pratiquement tous en train) se sont bien déroulés. Merci à Michel et Maïja et leurs enfants, Ruth et Pascal, Henriette et Modibo, Catherine et Mario, Jacques et Hélène, Monique et Georges, Clément et Sylvie, Christian et Elfriede, Jan et Tietia, Jean et Roselyne, Laurent et Michelle et à tant d’autres amis, pour leur accueil, hébergement et aide dans les transports. C’était une tournée « 5 étoiles » ! Il était bon de revoir plusieurs amis de longue date qui sont restés si fidèles en amitié et en soutien. J’étais bien encouragée de partager dans les Églises, ce que Dieu fait pour les enfants handicapés. Il y a tant à faire et tant de misère physique et spirituelle. Beaucoup de personnes rencontrées lors des réunions m’ont assurées de leur soutien fidèle dans la prière.

En novembre lors de ma tournée en Italie, j’ai pu assister au « Mercatino » organisé par l’Église de Turin via Virle. L’engagement fidèle de cette Église qui, depuis plus de 25 ans se mobilise pour récolter des fonds pour mon travail, est un exemple à suivre pour soutenir la mission. Jeunes et moins jeunes se préparent toute l’année pour fabriquer de belles choses à vendre (artisanat, confitures, vêtements, etc.). Cette action est un énorme soutien et permet la pérennisation du Centre Espoir. La prise en charge d’un enfant demande des années d’accompagnement. L’équipe burkinabée a besoin d’être encouragée par notre soutien dans la prière et par nos actions concrètes. Il faut continuer à soutenir et surtout ne pas se relâcher, ni se décourager à agir.

Engagez vous dans le projet « 1000 soutiens pour le Centre Espoir » par un don fidèle de 20 euros par mois.

À partir de mi-février 2019, je vais reprendre mes tournées. N’hésitez pas à me contacter pour une visite.

Fidélité et bonté de Dieu pour les 125 ans de la SIM.

J’ai pu participer à la journée de célébration des « 125 ans de la SIM Internationale et des 40 ans de SIM France », le 24 novembre passé.

Laissez-moi vous faire part de cet article écrit par le bureau de SIM France : « Depuis 125 ans, des millions de personnes ont été transformées par l’Évangile après avoir été au bénéfice de nos ministères – santé, éducation, développement, agriculture, business, etc. – dédiés à répondre à leurs besoins tout en manifestant l’amour de Dieu pour elles. Des milliers d’Églises locales ont vu le jour et ont été fortifiées dans leur marche avec Dieu. Et même si rien n’est parfait dans ce qui a été réalisé, Dieu a fait grâce, Il a pourvu, et a permis que Son œuvre se fasse, malgré nous. Mais beaucoup reste à faire, car aujourd’hui encore, plus de 7000 communautés dans le monde – soit près de 3 milliards d’êtres humains, n’ont jamais entendu parler de l’Évangile ! L’engagement de tous les enfants de Dieu dans Sa mission est nécessaire pour que celle-ci réussisse et pour que la gloire de Dieu rayonne. C’est avec reconnaissance et empressement que nous sommes tournés vers le présent et l’avenir, afin que Dieu continue, à travers ses ouvriers, d’accorder le Salut à des millions d’autres personnes à travers le monde; et ceci afin que la Parole s’accomplisse : Je regardai et je vis une foule immense que personne ne pouvait compter. C'étaient des hommes de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. [...] et ils criaient d'une voix forte : “Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l'Agneau” (Apocalypse 7.9-10). »

Quand, je lis ce verset ci-dessus, je pense toujours à la petite Maalo, aveugle, qui dit dans son témoignage qu’un jour elle verra Jésus de ses propres yeux.

Fidélité et bonté de Dieu pour 2019.

Il y a eu quelques situations bien difficiles à accepter au cours de 2018, mais cela m’a permis de comprendre davantage que Dieu ne permet rien sans qu’il ne poursuive son but dans ma vie.

« La peine et les épreuves font partie de notre lot ici-bas. Et Dieu est capable d’utiliser nos blessures pour nous bénir et bénir les autres autour de nous. Aucune de nos expériences n’est vaine. Laissons Dieu les utiliser pour accompagner son but dans notre vie. Prenons la décision en ce début d’année de pardonner et d’oublier. Nous serons alors capables de voir qu’au milieu de nos épreuves, non seulement Dieu était là mais qu’il nous accompagnait, qu’il avait sa bonne main sur nous. Dieu nous réserve toujours de nouvelles bénédictions. » (Passage tiré du livre écrit par Soula Isch : Mes quelques pas sur cette terre.)

Merci de continuer à prier pour ma maman. Je suis très reconnaissante de pouvoir l’entourer, lui prendre la main, prier pour elle. J’ai beaucoup de peine de la voir si faible et si dépendante et surtout si triste. Mes journées sont très chargées et j’ai peu de temps pour moi. Mais ça va.

Le Directeur de SIM France et son équipe, vu la situation sécuritaire au Burkina et vu ma situation familiale ont pris la décision que je reste pour l’instant en France et continue mes tournées et le travail au Centre Espoir tout en prenant soin le plus possible de ma maman. En septembre prochain, une nouvelle décision sera prise.

Je dois trouver un logement à Paris et c’est un grand sujet de prière. Depuis 3 ans, je suis inscrire sur le fichier des HLM (Habitation à Loyer Modéré) mais jusqu’à présent aucune proposition ne m’a été faite. Merci de prier pour cette situation. C’est important que je puisse avoir un tout petit endroit à moi, pour vivre et pour poser mes affaires toujours stockées dans des malles. Je veux vraiment m’appuyer sur cette promesse de Jésus : « Mais notre père qui est au ciel sait que vous en avez besoin » (Matthieu 6/32).

N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions que vous avez sur le cœur. J’ai pris beaucoup de retard dans mon courrier et je vous prie de m’en excuser, mais petit à petit je vais répondre à chacun.

Pour vos dons, n’oubliez pas de préciser la destination de votre don :
SIM, pour Soutien Françoise Pédeau
SIM, pour Ministère Françoise Pédeau (Aide pour les différents projets dont " Centre Espoir/RPHG, CHA, projets de l’Église gourmantché, ministère de l’école du dimanche, container, etc.)
SIM France : Les Mians – 84860 Caderousse Contact : sim.france@sim.org – Tel : 04 90 51 00 69
SIM Suisse : Rue Weissenstein 1 – C.P. 4051 – CH. 2500 Biel/ Bienne 4 Contact : sim.suisse@sim.org
SIM Belgique : Contact : sim.belgique@sim.org

Haut de page
Lettre de nouvelles Françoise Pedeau 2/18
  • Auteur : Maija
  • Mise en ligne : 15/06/2018

SIM Société Internationale Missionaire www.simorg.fr Juin 2018 (LPF 2/18)

Françoise Pédeau
82 Avenue Félix Faure - 75015 Paris basée à Paris depuis le 22 avril.

francoise.pedeau@gmail.com (0033) 07 88 04 01 14.



Haut de page
Lettre nouvelle N°2 2018
  • Auteur : Maija
  • Mise en ligne : 04/04/2018

« Ce que vous faites au plus petit des miens, c’est à moi que vous le faites ».La Bible

Centre « ESPOIR / RPHG »
Centre de Réhabilitation à Base Communautaire pour les personnes en situation de handicaps dans la province du Gulmu Burkina Faso
Projet SIM - N°093941

Aux plus petits des miens... Lettre de nouvelles n°2/2018

rphgfada.simbf@gmail.com


Centre ESPOIR/RPHG -

L’actualité du centre ESPOIR a été marquée, ce premier trimestre, par de nombreuses visites : formateurs, nouveaux arrivants ou encore aides ponctuelles ; toutes ces rencontres contribuent à la construction du centre ESPOIR pour fournir un service toujours plus efficace auprès des familles de cette région de Fada.

« Nous faisons tout notre possible pour que toutes les personnes qui viennent au centre ESPOIR y trouvent une aide, une solution, un accompagnement de notre part. » Françoise

Après plusieurs courts séjours au Burkina, Nicolas vient cette fois pour une année mettre ses compétences de kinésithérapeute à disposition des familles et de l’équipe. Il travaille en binôme avec Daniel pour la fabrication des appareils orthopédiques et forme l’équipe d’animateurs à la pratique de la kiné.

« Grâce à chacun ici, j’apprends à adapter mon métier aux pathologies, codes et conditions locales. » Nicolas


Bonne arrivée

Aurélie, travailleur social en France, a fait le pas de foi de stopper son emploi pendant 10 mois et se mettre au service du centre. Avec Kanfieni, elle apprend principalement la gestion comptable et administrative, ainsi que la couture… pour développer le projet d’artisanat du centre.

« Travailler au centre ESPOIR, c’est aussi être quotidiennement au contact des habitants de Fada qui viennent au centre, c’est jouer avec les enfants dans la salle d’attente, c’est créer du lien avec les familles dont les enfants viennent au club biblique du mercredi. » Aurélie

Enfin, un atelier orthopédique sur pieds !

La belle nouvelle de ce début d’année est la mise en place de l’atelier orthopédique ! Une fois l’électricité enfin accordée, le nouveau four à prothèses enfin réceptionné, Daniel peut enfin appareiller.

Beaucoup de personnes ont apporté leur aide pour qu’il soit fonctionnel : cet atelier va permettre à de nombreux enfants, jeunes et adultes de bénéficier d’un appareillage adapté, de qualité et porteur d’espoir d’amélioration de leur condition.


Les premiers bénéficiaires ont été deux jeunes hommes, amputés chacun d’une jambe. Ils sont repartis tout joyeux marchant normalement sans béquille grâce à leurs prothèses.

Le témoignage de Jessica et sa famille en est aussi une très belle illustration.

Jessica est arrivée en famille au centre ESPOIR. Depuis sa naissance, ses muscles du dos ne lui permettent pas de soutenir sa colonne vertébrale ce qui l’empêche à 4 ans, de tenir sa tête droite. En grandissant, si rien n’est fait, d’autres troubles lourds, notamment respiratoires, vont se développer. Elle a besoin d’un corset pour permettre à son dos de grandir dans une bonne position. Sa fabrication demande de la technique et nous sommes très reconnaissants de la venue de 2 appareilleurs françaises, Suzanne et Hélène ainsi que Diergou, le formateur de Daniel.

1 mois plus tard, Jessica revient pour une visite ; nous sommes témoins de beaux progrès ; elle tient sa tête quelques minutes et arrive même à la relever. Ce premier résultat encourageant est le fruit d’un travail complémentaire entre le centre ESPOIR et des parents aimants qui se mobilisent pour la stimulation de leur fille. Parce que sa famille comprend l’importance de prendre du temps avec elle, Jessica a vraiment un bel espoir d’être considérée et socialement intégrée.

Son histoire vraie

Il semble avoir 10 ans, ce petit homme qui marche sur une jambe, avec un bâton pour canne car son autre jambe était déformée et invalide.

Dieu, au-devant de toutes choses, est à l’origine de notre rencontre ce jour là, dans le village de Mahadaga. C’est parce qu’il a pu bénéficier d’une prise en charge adaptée (chirurgie et appareillages), d’un soutien financier et d’une aide pour sa scolarité qu’aujourd’hui, Diergou, est un homme de 40 ans, passionné par son métier : appareilleur orthopédique pour le CHA.

Toujours prêt à redonner ce qu’il a appris, cet appareilleur appareillé a formé et continue de former Daniel en l’encourageant, par son témoignage à manifester et partager l’amour de Christ.

Son histoire nous rappelle qu’en chacun réside un espoir d’une vie transformée, comblée.

Au centre ESPOIR, la prise en charge d’un enfant handicapé coûte 20€ /mois

La participation demandée aux familles est en moyenne de 10€ /an

Le reste est financé par le centre et seulement grâce à vos dons

1 don de 20€= 1 mois de prise en charge d’un enfant

1 don de 240€ = 1 an de prise en charge d’un enfant

Chaque don régulier par mois permet un suivi et un accompagnement durable pour l’enfant.

Cette lettre est dédiée à toute l’équipe de « Jecourspoureux ».

Merci pour votre engagement à nos côtés et pour le grand défi que vous avez réalisé en permettant au Centre ESPOIR d’être équipé d’un atelier orthopédique. Merci Nicolas, Antoine, Anne-Sophie et Raphaël. Merci à vous tous, amis donateurs.

Car Dieu n’est pas injuste pour oublier votre travail et l’amour que vous avez montré pour son nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints. (Hébreux 6/10

SIM France : Les Mians – 84860 Caderousse Contact : sim.france@sim.org – Tel : 04 90 51 00 69
SIM Suisse : Rue Weissenstein 1 – C.P. 4051 – CH. 2500 Biel/ Bienne 4 Contact : sim.suisse@sim.org
SIM Belgique : Contact : sim.belgique@sim.org
SIM UK: Contact:info@sim.co.uk

Haut de page
Voeux 2018 Françoise Pedeau
  • Auteur : Maija
  • Mise en ligne : 25/01/2018

Mission Protestante S.I.M./P.B.65 FADA N'Gourma (du 21 septembre 2017 au 21 Avril 2018)
Francoise.pedeau@gmail.com (00226) 73 44 43 13

Bonne et heureuse année 2018
Mes chers enfants aveugles et moi-même,
nous vous souhaitons une très bonne et heureuse année 2018.


Namoussa, Tani, Baapouguini, Hermann, Matthieu, Namoussa et Maalo sont venus une dizaine de jours chez moi pendant le congé scolaire de Noël. De nouveau, leur foi, leur joie, leur gentillesse, leur espérance sans faille en Jésus, m’ont profondément touchée, au seuil de cette nouvelle année.

Que l’Espoir ne s’éteigne jamais en nos cœurs tout au long de 2018, et que chacun, chacune de nous, puissions être des instruments de Paix, de Foi, et d’Amour auprès de tous ceux que nous rencontrerons. Continuons à nous appuyer sur Jésus car sans lui nous ne pouvons rien faire (Jean 15.5).

Seigneur, si tu ne marches pas toi-même avec nous…

Je marcherai moi-même avec toi et je te donnerai du repos. (Exode 33).

Anatole…, je marcherai moi-même avec toi et je te donnerai du repos…

Depuis mon retour, j’ai fait plusieurs voyages sur Ouagadougou avec Anatole. Il a eu 2 IRM (cerveau et rachis) et une consultation médicale. Grâce à mes amis français, Marthe et Maurice et grâce au Dr Anne, j’ai pu avoir le médicament prescrit par la neurologue. C’était impossible de le trouver au Burkina. J’ai pu aussi envoyer tous les documents en Alsace afin que Dr David B. puisse les exploiter. Voilà ce que Cendrine, son épouse m’écrit : « David a pris le temps de montrer le dossier complet au professeur de radiologie à Strasbourg, qui confirme qu'il n'y a rien du tout qui pourrait expliquer son état. David pense qu'il n'y a malheureusement pas de traitement possible. C'est inexplicable et il n'a aucune idée de ce qui provoque son mal... on est désolé de ne pouvoir apporter de réponses à vos questions. Le Seigneur est grand et nous allons continuer de prier pour lui... »

Anatole est toujours bien courageux. Il vit la plus grande partie de sa journée couché sur une natte. Une de ses jambes est toujours en hyper extension à cause de crampes très douloureuses. Il est très dépendant pour sa vie quotidienne mais malgré cela, il a toujours le sourire. Le traitement prescrit n’a eu aucun effet. Nous sommes toujours à la case départ. Tous les mercredis, nous allons le chercher chez lui pour qu’il passe la journée avec nous au Centre. Il peut ainsi assister au club biblique. Il participe bien en chantant et en répondant aux questions de l’histoire biblique.

Hier, j’ai parlé avec sa maman. De nouveau, j‘ai posé des questions sur la genèse de la maladie. Elle m’a redit que cela a commencé alors qu’il était scolarisé.

Un soir, il est revenu de l’école et le lendemain il ne marchait plus. Au lieu d’amener l’enfant à l’hôpital, elle a été voir les marabouts. Tout le monde lui dit qu’on a jeté un mauvais sort à son fils.

Nous, nous pensons que c’est une maladie certainement causée par un virus ou une infection mal traitée.

À Noël, mes jeunes aveugles ont chanté chez Anatole. La veille, Matthieu, Baapouguini et Hermann avaient reçu des bonbons. J’ai eu les larmes aux yeux quand ils les ont tous donné à Anatole.

Anatole demande à Dieu de remarcher.

Prions pour sa guérison. Nous sommes à un point, où humainement parlant, c’est l’impasse.

À Noël, chez Anatole.




Il est entouré de ses amis non voyants et de Céline, ergothérapeute, venue passer 15 jours au Centre Espoir.

Céline a pu voir beaucoup d’enfants touchés par l’infirmité cérébrale et a pu encourager beaucoup de mamans et passer du temps avec l’équipe des animateurs.

Je marcherai moi-même avec toi et je te donnerai du repos…



Pour aller à Mahadaga, il faut un peu de courage, beaucoup de patience et un dos en bon état. La route est très abimée. Il faut au moins 6h pour faire 250 km. J’ai fait plusieurs voyages pour rendre visite à l’équipe du Centre Handicapés en Avant (CHA) dont un avec le Directeur de SIM France, Mr Jean Salmeron. C’était touchant de voir l’accueil des enfants sourds, aveugles et handicapés physiques à cette occasion. Le comité des centres médico-sociaux m’a confié la responsabilité de la gestion financière du département de l’éducation du CHA en plus de mes responsabilités de direction au centre de Fada N’Gourma. C’est un lourd défi car il y 105 élèves sourds, aveugles, handicapés physiques à l’internat. Il faut nourrir tout ce petit monde. Il faut payer l’équipe qui les garde et l’équipe enseignante. Il y avait aussi un grand découragement à gérer chez les instituteurs…

Grâce aux dons de mon compte ministère, nous avons pu acheter la nourriture pour les 6 mois à venir. Soit quelques 300 sacs de riz, de maïs, d’haricots, de mil, sans compter l’huile, les condiments, le bois…

Il y a aussi plus de 100 élèves non handicapés qui fréquentent l’école intégratrice et c’était difficile de pourvoir pour la cantine scolaire. Beaucoup d’enfants restaient le ventre vide tout au long de la journée. J’allais permettre l’achat de 100 sacs de riz, d’huile, etc. (ce qui représentait une grande somme) lorsqu’au moment de passer commande et d’engager les frais, j’apprends qu’un camion de l’État venait d’arriver avec plein de vivres. C’était une grande surprise et un grand don. J’étais vraiment reconnaissante d’avoir pris du retard pour faire la commande sinon une grande dépense non nécessaire aurait été faite. Merci seigneur.

Après la visite de Céline, c’est Marie-Christine (photo), une sœur de mon Église à Paris XVe qui est venue découvrir un peu de mon ministère à Fada N’Gourma.



Elle a été une grande aide surtout auprès d’Hermann en l’aidant à recopier ses cours d’anglais, d’histoire et de SVT. Il est le premier jeune aveugle que nous intégrons dans un collège chrétien à Fada N’Gourma. Il a quitté le collège de Mahadaga et vient poursuivre sa scolarité (classe de 5e) à Fada N’Gourma. Pour l’instant tout se passe bien. Hermann a une chambre au centre Espoir mais passe la majeure partie de son temps chez moi pour apprendre ses cours, utiliser son ordinateur, manger.

Le but de la venue d’Hermann est de préparer la venue des lycéens aveugles (Seconde à la Terminale) pour la prochaine rentrée scolaire en octobre. J’ai beaucoup hésité à aller de l’avant dans cette vision mais petit à petit le Seigneur a ouvert des portes. Le comité m’a dit d’aller de l’avant. L’enthousiasme et l’engagement d’un des animateurs du Centre Espoir, Bachirou, m’a aussi encouragée à faire un pas de foi. Après une formation de 2 mois, il est capable de transcrire et de décoder le braille. Nous avons été très bien accueillis par les professeurs du collège. Le professeur de français a dit que depuis qu’Hermann est dans la classe, les autres élèves sont devenus plus sérieux.


Le 26 janvier, mes amis Michel et Maïja vont venir m’aider notamment pour la mise en place de l’atelier orthopédique. J’attends aussi avec impatience la venue de Nicolas (kinésithérapeute) qui sera en charge de tout le volet rééducation et formation des animateurs. Suzanne, Hélène et Jean, son mari, viendront après le départ de Michel et Maïja. Elles sont appareilleuses orthopédiques. Puis Matthieu Salmeron viendra pour tourner un film sur le CHA et sur le centre Espoir. J’aurai aussi peut-être la visite des amis du projet « Jecourspoureux ».

De nouveaux missionnaires sont aussi sur la station. Il y a une famille anglaise avec 7 enfants et Jean et Pascale Godin de France. Merci de prier pour que tous s’adaptent bien à la culture du Burkina et qu’ils soient bien guidés dans leurs ministères.

Avant le voyage qui va me ramener en France le 21 avril prochain, il me reste beaucoup de choses à régler, à décider, à préparer, à déléguer.


Ma collègue Kanfiéni qui me remplace à la direction pendant mes absences, attend un bébé pour début mai et ne sera pas au travail avant le mois d’août. Ce qui complique un peu la situation et demande de bien réfléchir à la future organisation du centre Espoir.

C’est très difficile pour moi de penser à repartir mais c’est nécessaire pour passer du temps auprès de maman et prendre soin d’elle.

Nous avons maintenant, le Wifi au Centre, ce qui me permettra aussi d’être en liaison avec mes équipes et de continuer à travailler avec elles à distance. Je pense revenir tous les 3 ou 4 mois au Burkina. Ce n’est pas encore clair...

Ce temps en France sera aussi l’occasion de visiter un grand nombre d’Églises. N’hésitez à me contacter à ce sujet. Prions aussi pour la possibilité de faire venir Tani, aveugle, pour qu’elle fasse une tournée avec moi. Prions pour l’obtention du passeport et du visa.


Merci de prier pour que le Seigneur m’aide dans ces 3 mois qui viennent. Je veux vraiment m’appuyer sur cette promesse « Je marcherai moi-même avec toi et je te donnerai du repos… »

J’ai besoin d’être réconfortée dans le Seigneur en ce moment.

Merci de tout mon cœur pour le soutien que vous avez été tout au long de l’année 2017.

Votre accompagnement à mes côtés dans la prière et dans l’action, me touche toujours tellement.

Je ne peux vous exprimer ma reconnaissance qu’en vous remerciant de tout mon cœur et en vous assurant que je continue à servir le Seigneur dans la tâche qu’il m’a confiée avec la force qu’il me donne.

Ensemble, nous avons pu aider beaucoup d’enfants en situation de handicap, tant au centre Espoir (Fada N’Gourma) qu’au CHA (Mahadaga).


Continuons, tout au long de 2018, à soutenir ces enfants qui commencent à s’épanouir dès qu’on porte le regard sur eux, qu’on les touche, qu’on leur parle, qu’on travaille avec eux.

Gardons les yeux fixés sur Jésus, sachant que notre travail n’est pas vain mais

qu’il reflète l’amour de Jésus pour les plus petits de ce monde.

Je vous souhaite une très belle année 2018.

Votre Françoise

Pour vos dons, n’oubliez pas de préciser la destination de votre don :
SIM, pour Soutien Françoise Pédeau
SIM, pour Ministère Françoise Pédeau (Aide pour les différents projets dont " Centre Espoir/RPHG, CHA, projets de l’Église gourmantché, ministère de l’école du dimanche, container, etc.)
SIM France : Les Mians – 84860 Caderousse Contact : sim.france@sim.org – Tel : 04 90 51 00 69
SIM Suisse : Rue Weissenstein 1 – C.P. 4051 – CH. 2500 Biel/ Bienne 4 Contact : sim.suisse@sim.org
SIM Belgique : Contact : sim.belgique@sim.org

Haut de page
Administration